LITURATERRE

     Groupe psychanalytique européen de recherche et de formation sur  :  les causes de l'illettrisme

Accueil

Illettrisme, psychanalyse et topologie :

Lutte contre l'illettrisme :

Service civil obligatoire des jeunes (SCO) : par Arnaud Jacquart      (Extrait de Psychassoc) - La production de lien social par la société civile peut-elle garantir une aliénation sociale efficace ?

 



Lettre mensuelle


ADHÉRER

Nous contacter


Clinique de l'illettrisme


Mentions légales-Droits reproduction


 

 

15.06.2006 (Cet article fait suite à celui publié sur Psychassoc (Institut Européen : Psychanalyse et Travail Social) le 25.03.06 intitulé "Le S.C.O" : "Attention au ‘jeu’ avec le symbolique".


Service civil obligatoire des jeunes (SCO) :

  
 

Le silence des pantoufles est parfois aussi

 

inquiétant que le bruit des bottes.

 

Bernard Lubat.

  
  

La volonté de la classe politique n’est plus, semble-t-il, de remédier aux problèmes politiques qui saisissent la société. Cette volonté s’incarne désormais dans une attitude morale qui charge le citoyen d’une somme de devoirs appelée « citoyenneté ». Ainsi le SCO, ce service civil obligatoire remplaçant le service national, séduit la frange conservatrice de la population et de la classe politique, gauche et droite confondues.

En réponse aux révoltes de 2005 et 2006, voici « l’heureuse » obligation pour 750 000 jeunes chaque année, de servir la nation dans ses différents corps : social, environnement, collectivités, police, armée. Ce travail civique aurait, paraît-il, des vertus éducatives par du travail, des vertus hiérarchiques pour une « mixité sociale » ou utilement pacificatrices par la production de « lien social ». Mais transformant ces révoltes en sinistre affaire de discipline, les partis politiques maquillent par des postures morales et des réactions sécuritaires, leur incapacité à se saisir des raisons socioéconomiques qui déterminent ces révoltes et qui touchent en premier lieu, les jeunes dans leur désir d’avenir pourtant le plus conformiste qui soit. A défaut de leur garantir un travail salarié qui permettrait de fonder un foyer et une famille, la patrie les oblige au service civil gratuit et à ses méthodes « pédagogiques ».

En utilisant la jeunesse pour une étanchéité sociale qui empêcherait toute contestation future, nos dirigeants prétendent « éduquer » la jeunesse par le travail, la soumettre à des méthodes comportementalistes et un encadrement autoritaire modernes, évitant toute confusion pédagogique avec des camps de rééducation par le travail, de sinistre mémoire. Les révoltes sont perçues innocemment comme des actes gratuits, et non comme une réaction désespérée à l’oppression socioéconomique qui sévit depuis nombre d’années et de manière toujours plus accrue. Les politiques montrent ici une dangereuse irresponsabilité en se défaisant de toute intelligence et toute intention d’intervenir sur les causes socioéconomiques, une surdité arrogante face aux populations en souffrance creusant le fossé démocratique entre le sentiment d’abandon et la loi du bâton, un aveuglement politique réprimant le droit de manifester.

Des citoyens moins concernés, cédant à la fabrication de la peur et aux discours sécuritaires plutôt qu’à une intelligence des situations, n’en mesurent pas encore la portée antidémocratique, la violence politique et les conséquences prévisibles. Mais surtout, cette utilisation de la jeunesse en ressource humaine, l’usurpation du pouvoir de la société civile et ce façonnage de l’intervention civique font du SCO, un acte politique grave. Le SCO, en taisant les problèmes, couve et attise, par sa perversité, le feu de révoltes prochaines. Voici se profiler une escalade sans fin, opposant la classe politique et la jeunesse, laissant la voie libre aux débordements des deux côtés ainsi qu’à la dégradation continue des difficultés initiales. Le SCO n’a qu’une vertu : elle est cosmétique, celle de donner bon teint à la classe politique qui entend rassurer les populations les plus protégées par la surenchère sécuritaire, faire baisser les chiffres du chômage, sans changer quoi que ce soit. Mais les effets secondaires de cet artifice sont bien plus redoutables.

Obligé par ce nouveau devoir, ce n’est pas le citoyen libre de droit qui intervient. C’est une vaste main d’œuvre disponible et employable pour une « remédiation » sociale en période de grandes difficultés économiques, écologiques et politiques. Ce déplacement d’un état à un autre est la définition de l’« aliénation » : il remplace la figure du citoyen protégé par des droits civiques par cette figure utilitariste et conservatrice : le citoyen qui a des « devoirs ». Alors que devant les problèmes socioéconomiques qu’ils constatent ou rencontrent, les citoyens sont progressivement défaits de leurs droits, les plus jeunes de ces citoyens ont l’ordre moral, l’obligation civique, le devoir civil, de gérer les effets de ces problèmes, c’est à dire pallier les résultats sociaux de processus et (in)conséquences politiques. Encadrés par différents services publics et associatifs, ces jeunes serviront la nation dans une sorte de patriotisme social en tant que « petites mains » affectées aux services d’intervention et d’urgence existantes et déjà prédéfinies. Avec l’ampleur grossissante de la tâche au fil des jours, ce sont de nouveaux Sisyphe que l’olympe politique force à rouler bêtement leur rocher écrasant du devoir civique face à une montagne de difficultés sociales toujours plus massive et abrupte, vierge de toute intervention politique.

La profession politique impose par le SCO une division de la société civile par l’organisation même de ce travail social, entre jeune appelé et publics catégorisés, et entre les jeunes et le reste de la société civile. Outre le fait qu’elle enferme les jeunes dans des méthodes de travail, elle mise au nom de la citoyenneté sur la hiérarchie et l’obéissance des appelés, au lieu de rendre leur propre capacité d’initiative citoyenne : elle leur impose des méthodes de gestion sociale au lieu de modes d’interprétation politique de ces situations sociales. La classe politique forme à l’idée que le citoyen est exclusivement un jeune saisonnier, discipliné, au service de la gestion du social divisé en catégories de populations ou de territoires, ce que l’élu est en permanence. Le citoyen ne serait plus conçu comme l’élément d’un corps collectif, libre et autonome – la société civile – historiquement capable de s’associer, de créer et de faire respecter les droits des citoyens, cela à tout âge de la vie. On veut le jeune comme un animal domestiqué, obligé au travail, plutôt que les contraires : l’animal sauvage (l’incendiaire) ou l’animal politique (le créateur de droits civiques).

Depuis des années, des mesures et des suggestions politiques consistent à utiliser, pour des œuvres d’intérêt général prédéfinies, des populations disponibles, non occupées par un travail productif : les retraités, les chômeurs et les jeunes. Or les pratiques publiques et associatives d’intérêt général, travail social, éducation, soin, écologie, police, sont soumises aujourd’hui à des logiques de rentabilité et un management poussif qui ont des effets déplorables chez les professionnels et les bénévoles, sur leurs pratiques et les publics, et donc sur le corps social dans son ensemble. Avec des publics de plus en plus nombreux et dans des conditions difficiles d’exercice, la liste est longue des métiers en proie au désarroi. De plus, les services publics diminuent et des secteurs d’intervention sont confiés à des entreprises lucratives : sécurité, emploi, aide à domicile, etc. Avec la mobilisation des jeunes, fournir en main d’œuvre servile des secteurs d’action sociale non lucratifs ne résoudra pas le problème, ni pour les professionnels, ni pour les publics, ni pour les jeunes, ni pour la société. De plus, un dispositif civique qui ne laisse pas de place à de l’éducation politique, à de l’humanité sensible et à du « jeu » démocratique conduit à la production de citoyens abrutis par cette standardisation civile, au traitement à la chaîne de catégories de « populations à problèmes » réaffirmant les stéréotypes discriminants, à une forme inouïe d’aliénations sociale et politique des citoyens.

Le projet du Service Civil par son caractère obligatoire, s’il prétend intégrer massivement, est une aliénation, c’est à dire, le contraire de l’autonomie propre au volontariat civil. L’exemple le plus fameux d’aliénation collective en France est cette propagande de l’insécurité qui amena en 2002 un peuple à avoir peur de lui même, à se voir comme un autre que l’on craint, un étranger comme l’ombre portée de ce qu’il est. Face aux révoltes de 2005, des citoyens satisfaits par leur mode de vie ne comprennent pas ce fait pourtant simple : la pauvreté gagne un à un les échelons de la société et le désespoir de populations démunies accumulant le nombre de tentatives de dialogue et de promesses déçues, années après années, prend corps dans des révoltes spontanées. Ces citoyens aisés ne comprennent pas la légitimité de ces révoltes et n’en perçoivent que l’illégalité gratuite (brûler des voitures). Ils s’en remettent docilement à la profession politique qui projette des explications et des propositions erronées, entérine toujours plus de lois sécuritaires et oppressives. Ainsi le SCO. Mais la société civile repose sur le libre volontariat et non sous la contrainte, sur le choix éthique et non sous la soumission morale, elle n’a de sens que par le respect et la création de droits et non par l’obéissance à des devoirs. L’autonomie est le choix des règles pour soi , la liberté de son engagement et de sa responsabilité, le pouvoir de répondre de ses actes et de ses conséquences, à re-connaître sa part d’humanité et d’inhumanité. Autonome, le citoyen dispose de sa propre liberté d’intervention, d’interprétation politique, son expression critique, cela dans un lien collectif aux autres citoyens. En s’associant à d’autres citoyens, il s’éduque au jeu politique, et éventuellement au conflit qui crée du droit sans lequel il n’est pas de démocratie possible. A condition bien sûr de ne pas s’exposer à l’illégalité, mais de faire valoir la légitimité de ce droit, et aussi, à condition qu’il soit entendu par ses représentants. En un mot, être citoyen, membre de la société civile, c’est être autonome, responsable de ses actes dans un cadre collectif, qui donne une autorité politique. C’est pourquoi, réprimant la révolte, le SCO est une remise en cause de ce principe fondamental qu’est la citoyenneté. Ceci est une mise en captivité de la société civile et la mise en scène spectaculaire de cette captivité.  En obligeant la jeune population à la corvée au nom de la citoyenneté, la séparant des citoyens par un travail social, la détachant de la société civile par une discrimination de l’âge, le SCO ne peut en aucun cas conserver la prétention d’être civique ou civil, et donc d’être appelé comme tel.

Depuis que l’on n’ignore plus les monstruosités générées par le pouvoir comme l’esclavage, la colonisation ou la Shoah, on sait que la culture et l’instruction ne sont pas les garants absolus d’une civilisation sans barbarie. On sait aussi que la simple volonté de faire le bien au nom de la morale nationale ne garantit pas le bien des citoyens, que l’élection démocratique ne suffit pas à se prévenir de dictatures sanguinaires et que le zèle, la discipline et l’obéissance de la population peuvent la mener à commettre des crimes contre l’humanité. Le moyen d’éviter la barbarie, le fascisme et autres dominations est une éducation politique des citoyens qui invite la société civile à préférer la démocratie, son exercice politique et sa dialectique permanente, à préférer l’éthique à la morale, à occuper la chose publique et agir en citoyen libre. Et aujourd’hui ce manque d’éducation critique, d’action politique et de transmission historique des citoyens se fait cruellement sentir tant il est difficile de saisir la perversité d’un violent désir français de capitalisme positif, appelé libéralisme, au mépris de ses conséquences sociales, difficile de repérer des méthodes antipolitiques au sein même des organisations politiques et leurs conséquences sociales, et d’autant plus il est difficile de faire comprendre la perversité de ce service civil obligatoire.

Nous, membres de la société civile, gagnerions à répondre à cette mesure qui n’est que morale et utilitarisme honteux de la jeunesse. La jeunesse réclame notre protection face à ce projet destructeur de la société civile et de ses espoirs. Comment accepter que nos jeunes servent d’alibi aux politiques sécuritaires et irresponsables, comment tolérer que leur citoyenneté leur soit dictée ou que le droit au respect leur soit retiré ? Demain, qui sait si nos retraités ne seront pas obligés à leur tour de rendre service sous peine de perdre leur revenu de retraite ? Le seul changement que favorise ce SCO et qui pourrait encore en séduire quelques uns est un bouleversement brutal des réseaux sociaux habituels de nos jeunes. Et certains d’entre nous fantasment encore sur cette idée de mixité sociale, ce lien social renouvelé, et frissonnent à l’efficacité d’une telle expérimentation, au spectacle rassurant que pourrait engendrer ce nouvel artifice national. Si nous fantasmons ainsi, c’est parce que nous sommes nous mêmes des touristes dans notre propre vie sociale, en retraite de notre propre vie politique, abonnés à mettre à jour nos clichés dans des fêtes de voisinage qui suffisent pour tout lien social. Parce que nous avons oublié ce que la citoyenneté a de politique, ce que le conflit peut créer de droit et d’avenir, ce que le collectif a d’autonome et d’émancipateur, parce que nous ne montrons plus l’exemple d’une citoyenneté qui inspire le respect et protège ses enfants et ses droits, la révolte de cette jeunesse en pleine déshérence, ne sachant plus vers qui se tourner, part en fumée ou en prison. Parce que nous avons oublié tout cela, l’obligation d’un service civil national, le spectacle d’une jeunesse martyr, semblent à quelques uns d’entre nous, tolérable, odieusement préférable à tout changement.

Plus qu’une simple critique du SCO et le refus de sa mise en place, cet appel que la classe politique fait aux citoyens pourrait être pris à la lettre. On pourrait se mettre à réfléchir notre engagement politique, notre fabrication de liberté juridique, l’usage de nos droits contre l’oppression directe et indirecte que subit le lien politique aujourd’hui. Nous percevons aujourd’hui l’intérêt que peut avoir une éducation politique faite d’éclairages historique, économique, civique, et autres, cela du point de vue du citoyen. Transformer cette notion de service civil par un apprentissage civique de l’usage des droits et de la création de droits civiques, voilà qui sous certaines conditions donnerait lieu à un renouveau de la démocratie et un gage d’espoir. Face aux injustices flagrantes que nous connaissons, celles là même qui poussent nos dirigeants à contrefaire des valeurs républicaines essentielles, nous n’avons pas à rougir en rappelant à nos dirigeants qu’ils devaient jadis faciliter les conditions d’engagement civique et libre des citoyens. Cela vaudrait mieux qu’un SCO minable ou de chercher à nous fasciner par la gloriole politicienne des conseils de jeunes ou autres projets de démagogie participative. Il est temps de rappeler haut et fort les principes d’une république qui a besoin en permanence de ses citoyens, et vice versa, à condition qu’ils soient libres, égaux en droit et puissent encore disposer d’eux mêmes.

 

A.J,  du collectif  ‘Pour une alternative au S.C.O.’

 
  
REGROUPEMENT DES TEXTES SURL'AMOUR
REGROUPEMENT DES TEXTES SURL'AUTRE
REGROUPEMENT DES TEXTES SURLA MORT SYMBOLIQUE
REGROUPEMENT DES TEXTES SURLA SEXUATION
REGROUPEMENT DES TEXTES SURLE SIGNIFIANT
REGROUPEMENT DES TEXTES SURLA TOPOLOGIE
  
c

Visitez aussi nos autres pages :

xx
xx

ILLETTRISME ET SEXUATION - Livre Essai de Charley Supper

xx

Article sur le livre de Charley Supper : "Illettrisme et Sexuation", par Giancarlo Calciolari

xx
------------------------
c
Quel Illettrisme ?    On confond souvent illettrisme, analphabétisme, retard scolaire, arriération mentale, dyslexie, mutisme
c
Un Autre discours sur l'illettrisme
c
Là où il est question d'illettrisme, par Christine Mercier - Chanvin
c
Un Autre regard sur l'illettrisme
xx
L'Autre
c
Halte aux terminologies guerrières !  par Charley Supper
c
Notre Méthodologie
xx
Comment lire un texte nouveau - un exercice de lecture topologique, par Charley Supper
xx
Réseau ou espace ?par Thierry Crouzet
c
Les Outils de la Formation
c
"Se calculer", de Charley Supper
c
Métaphore et Métonymie
c
Le continu et le discontinu
c

Forme grammaticale et forme logique, de Bertrand Russell

c
Le concept de Mixité, par Charley Supper
c
L'essence du néolibéralisme par Pierre Bourdieu
c
xDe l'illettré, aux "milles êtres" du Tao, en passant par le "mille et tré" de Lacan, par Charley Supper
c
Les textes de Lacan : où les trouver ?  -  Textes et Séminaires de Lacan
xx
"Deux notes sur l'enfant" remises à Jenny Aubry par Jacques Lacan en 1969
c
Malaises dans le travail social : actes cliniques, institutionnels, politiques.  par Joseph Rouzel 
c
La violence de l’homogénéisation sociale, et de sa conséquence, l’acculturation,  par Pier Paolo Pasolini
c
L'Autre (grand Autre de la psychanalyse et de la Philosophie
c
Délirons avec les petites lettres de l'alphabet, par Charley Supper
c
"A" comme Amour ou comme l'Autre, par Charley Supper
c
Les aphasies, par Roman Jakobson
xx
L'Éthique, de Spinoza  (à télécharger)
xx
Le Gai Savoir, de Nietzsche (à télécharger)
xx
Qu'est ce que la Topologie ?
c
Index des Termes de Topologie :  (Site de jacques Siboni)
c
Définition de la Topologie
c
La topologie lacanienne - Définitions
xx
Comment lire un texte nouveau - un exercice de lecture topologique, par Charley Supper
xx
Le tore : Où l'on voit la différence entre vide intrinsèque et vide extrinsèque !
xx
Topologie appliquée à la psychanalyse, à la linguistique et à l' illettrisme
xc
Les principaux outils de la Topologie
xx
Atelier de topologie :Commencer par la lettre 52 de Freud à Fliess de Jacques Siboni
c
Le réel du nœud de l'illettrisme, par Charley Supper
c
Topologie et Psychanalyse (1) - Définitions, D'après une lecture du livre de Nasio : Les yeux de Laure
c
Topologie et Psychanalyse (2) - Définitions, d'après une lecture de Jean-Paul Gilson: La topologie de Lacan
c
Illettrisme et Topologie
xx
Une lecture du livre : "Lieux du sujet"  du topologue René Lavendhomme, par Giancarlo Calciolari 
c
Jacques Lacan, Jean-Michel Vappereau, Pierre Soury et Michel Thomé : Nœuds Borroméens et Bandes Möbius
c
Approche topologique de la sexuation symbolique,  par Charley Supper
c
La coupure signifiante en Topologie
c
La Mort Symbolique
xc
Le Trou ( en topologie)
xx
L'Affaire Dutroux
xc
L'être séparé......., par Charley Supper
xc
Se donner un genre
c
Le racisme
c
La Sexuation
c
Rapport du vide et du plein
c
L'amour du tout aujourd'hui (Topologie En Extension) Jean-Michel Vappereau
c
L'Amour et la Mort,  par Charley Supper
c
Lecture, Eros et Thanatos par Charley Supper
c
Entre Amour et Barbarie : La Coupure signifiante, par Charley Supper
c
Le signifiant
c
Qu’est-ce que le signifiant ?, (extrait de "Le langage inconscient et le signifiant"), par Guy Massat
cc
Le Signifiant dans "L'instance de la Lettre" de Lacan
cc
Métaphore et Métonymie
cc
Le signifiant "Europe"
xx
Le signifiant "Lituraterre"
cc
Le signifiant lacanien
x.
Le mensonge de l'illettrisme
xx
Qu'on dise reste oublié, par Charley Supper
xx
Extrait du texte "l'Etourdi" de Lacan : "Qu'on dise reste oublié..."
xx
L'illettrisme et la coupure signifiante
xx
Le caractère de la lettre, par Charley Supper
xx
Sexué oui-Sexué non
xx
Les désarrois de l’individu-sujet, par Dany-Robert Dufour
xx

Lecture des formules de la sexuation  1 - Formules Kantiques de la Sexuation, par Jean-Michel Vappereau (PDF)

xx
Lecture des formules de la sexuation : 2 - Deux modes de ratages sexuels, par Jean-Michel Vappereau (PDF)
xx
Article sur le livre de Charley Supper: "Illettrisme et Sexuation", par Giancarlo Calciolari
xx
Le caractère de la lettre, par Charley Supper
xx
Extraits de textes de séminaires de Lacan
xx
La Lettre 52 de Freud à Fliess
xx
Illettrisme et lisibilité, Edito de septembre 2006 par Charley Supper
xx
Le symbolique comme outil de passage de la dimension 2 à la dimension 3
xx
Illettrisme et Différence, par Charley Supper
xx
Jean-Michel Vappereau : Son œuvre, sa topologie
xx
La Droite Infinie, par Jean-Michel Vappereau
xx
Illettrisme et politique, par Christine Mercier-Chanvin
xx
Naissance de la notion de Réel chez Lacan - Lacan part des termes kantiens "Begriff" et "Gegenstand"
xx
G. Frege, « Concept et objet », de Gottlob Frege
xx
Frege et l’existence - Le verbe « exister » dans « Leo Sachse existe » est superflu, va de soi, et n’exprime aucun contenu...
xx
Le Tractatus Logico-Philosophicus de Ludwig Wittgenstein
xx
"Treize et Trois", Texte de Jean-Michel Vappereau sur le livre "L'œuvre claire" de Jean-Claude Millner
xx
Transcription du texte "Lituraterre" de Lacan à partir de l'enregistrement de la séance du 12 mai 1971
xx
Psychanalyse et Sciences, "du fondement du discours de l’analyse", par Jean Michel Vappereau
xx
Réflexion philosophique sur le langage et «philosophie du langage».
xx
"Chagrin d'école", de Daniel Pennac, à la lecture de la psychanalyse, par Marie-France Almas et Yves Anselmo
xx
Topologie et Psychanalyse (1) - Définitions, D'après une lecture du livre de Nasio : Les yeux de Laure
xx
Topologie et Psychanalyse (2) - Définitions,
xx
Logique et Ontologie - Quine et Frege - http://julien.dutant.free.fr
xx
Logique et Ontologie - La distinction entre sujet et prédicat - http://julien.dutant.free.fr
xx
Logique et Ontologie - L’argument frégéen - http://julien.dutant.free.fr
xx
Commentaire du texte de Huo Datung "L’inconscient est structuré comme l’écriture chinoise", par René Lew
xx
La coupure signifiante
xx
Le retournement de l'équateur, par Charley Supper
xx
Illettrisme et retournement de l'Univers, Edito d'octobre 2006 par Charley Supper
xx
Pourquoi des psychanalystes travaillant sur l'illettrisme s'intéressent-ils au discours politique, par Christine Mercier-Chanvin
xx
Illettrisme et société - Textes récents
xx
L'illettrisme et la presse : Quelques articles parus récemment sur l'illettrisme !
xx
L'illettrisme et l'Europe
xx
L'illettrisme et la coupure signifiante
xx
La dégradation du climat social actuel n'est-elle pas en lien direct avec l’illettrisme ?
xx

Le vocabulaire guerrier de l'illettrisme

xx
Le Français Langue Étrangère (FLE)
xx
FLE : Apprendre le Français en ligne
xx
FLE : Languageguide.org
xx
Les outils de la formation
xx
Dictionnaire de psychanalyse
xx
Illettrisme - Le vide du sens, par Charley Supper
xx
Zen et psychanalyse : Un article de Guy Massat (moine zen et psychanalyste)
xx

L’illettrisme, frontière de nos politiques éducatives et linguistiques, par Nicolas Gachon

xx
Transcription du texte "Lituraterre" de Lacan à partir de l'enregistrement de la séance du 12 mai 1971
xx
Mise à jour des dessins du texte de Jacques Lacan "Joyce le Sinthome", par Gérard Crovisier
xx
Texte de "Joyce le Symptôme" de J. Lacan
xx
Clinique de l'illettrisme  : Sexué-oui ou sexué non ?
x
x
Participez au site, proposez vos textes !
xx
          ILLETTRISME  PSYCHANALYSE RECHERCHE
          LA TOPOLOGIE  CLINIQUE DE L'ILLETTRISME

ILLETTRISME

.         

ILLITERACY

         

ILLETTRISMUS

.        

.ILLETTERATISMO.

         

ΑΓΡΑΜΜΑΤΟΣΥΝΗ

   .    

.ILETRISMO.

 Copyright©Lituraterre 2003-2009 | webmaster | images de Charley Supper